Intérêt de sa culture

Productivité:

Dans des conditions de culture maîtrisées mais non optimisées, la spiruline double tous les 4 jours en été.

Ce taux de productivité est peu courant dans notre monde « visible ».

Imaginez une salade dans votre jardin que vous ne cueillez pas, après 4 jours vous en auriez une 2e et si vous les laissez encore, 4 jours plus tard, il y en aurait 4  en tout !

Faible empreinte écologique et autonomie:

Produite de manière naturelle, la spiruline nécessite peu d’intrants et tous peuvent être produits à la ferme ou accessible localement.

Sa productivité permet de produire 30 à 50 fois plus de protéines à l’hectare pour les protéines animales et 7 à 20 fois plus pour les protéines végétales.

Comme de nombreuses cultures aquacoles maîtrisées, la consommation d’eau est faible. Elle correspond principalement à l’évaporation des bassins et peut être réduite selon les contraintes du producteur.

L’agriculture actuelle moyenne mondiale consomme jusqu’à 600 litres par m2 par an. La culture de spiruline consomme au maximum 300 litres par m2 par an, mais rapporté à sa productivité en protéines, elle est de 60 à 100 fois moindre pour les protéines animales et 14 à 40 fois moindre pour les productions végétales.

La spiruline absorbe des quantités importantes de CO2, participant à la réduction des émissions carbone de nos sociétés à hauteur de 200g de carbone par m2 et par an soit 2 t/ha/an.

Conduite de manière naturelle, aucun rejet n’a lieu dans l’environnement à part de l’oxygène !

Sécurité alimentaire:

Outre sa productivité qui garantit une production de nourriture riche et même thérapeutique sur de petites surfaces en autonomie, les conditions de culture spécifiques garantissent l’absence de risque de pathogènes.

Le milieu en permanence à Ph supérieur a 10, sa salinité, son activité biologique et la domination des cellules de spiruline garantissent la destruction systématique de germes pathogènes potentiellement présents dans les intrants.

La culture peut être conduite avec une eau non potable dans les régions les plus difficiles.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *