Epuration

Au fil de la saison, le milieu de culture se « salit » en spirulines mortes par des manipulations comme:

  • les récoltes,
  • les conditions climatiques (insolation, températures excessives froid/chaud),
  • l’agitation brutale sur certaines spirales, bien que le producteur cherche toujours à les minimiser.

Un épuration naturelle a lieu dans les bassins, mais souvent insuffisante en période de production intensive comme l’été.

Si l’on veut une spiruline produite « naturellement », on prévoit l’épuration par recyclage du milieu de culture, afin de ne pas rejeter les milieux « sales » chargés en sodium dans la nature.

La-spiruline-naturelle a opté pour une co-culture de zooplancton, filtres-épurateurs biologiques, dans des bassins séparés, pour nettoyer la matière organique en suspension et remplacer ces « déchets » de culture par du CO2 d’une part (produit de la respiration) et des minéraux fertilisants la spiruline d’autre part (produit du métabolisme de ces organismes).

C’est le principe de synergie de l’aquaponie:

Les animaux, même petits, êtres hétérotrophes, dégradeurs de matière organique, consomment des organismes photosynthétiseurs (ou leurs débris) et produisent en conséquence les nutriments nécessaires à la croissance de leur aliments notamment de l’azote minéral par l’urine et du CO2 par leur respiration.

Le phytoplancton, comme la spiruline dans notre cas, ou les plantes dans l’aquaponie en général, produit de l’oxygène et « filtre » les excès de nutriments minéraux, notamment d’azote ammoniacal, pour le plus grand bien des animaux, piscicoles (poissons, zooplancton, microorganismes hétérotrophes).

Nous multiplions des Artemia salina pour épurer notre culture sans jeter les milieux.

Ces organismes supportent le milieu alcalin, prouvent par leur présence la qualité non toxique du milieu et peuvent se consommer comme du krill !

 

aquariumArtemiaArtemiagrossis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *