Fertilisation

Autotrophe, sa nourriture, comme pour les plantes, est uniquement minérale. Outre le carbone apporté par le CO2 de l’air, l’azote, un des composants principaux de ses protéines est fourni par l’ammonium qui doit être présent dans la culture.

Les sources naturelles et biologiques d’ammonium dans un écosystème sont uniquement les sécrétions métaboliques des être hétérotrophes (animaux, micro organismes, certaines bactéries…) comme l’urine pour certains d’entre eux.

Nous choisissons de produire une spiruline de qualité qui utilise des intrants de ferme, accessibles localement, consommant peu d’énergie et nécessitant peu de technologie.

L’urée, principal élément, s’hydrolyse très rapidement dans le milieu de culture de la spiruline, libérant l’azote sous forme ammoniacale, et fertilisant les cellules en demande de nutriments de la spiruline. Le milieu en permanence à pH supérieur à 10, sa salinité, son activité biologique et la prévalence des cellules de spiruline garantissent la destruction systématique de germes pathogènes présents accidentellement dans le fertilisant.

Un laboratoire agréé confirme régulièrement l’absence de germes ou de contaminations chimiques par analyse bactériologique et analyse chimique.

En conjuguant ces critères, l’urine est le meilleur compromis pour s’affranchir des engrais chimiques de synthèse avec une cohérence écologique.

D’autre part, le seul autre intrant nécessaire, absent de l’urine, est l’oxyde de fer.

Comme de nombreux producteurs, la-spiruline-naturelle l’obtient uniquement auprès de fournisseurs certifiés conformes à l’Agriculture Biologique.